Licenciement de 46 travailleuses et travailleurs du secteur du textile

Dans une entrevue donnée aux médias, Gaétan Desnoyers, conseiller syndical, s’est exprimé comme suit :

M. Gaétan Desnoyers, conseiller syndical, en entrevue à la télévision de Radio-Canada

«Pas la seule solution»

La Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA), le syndicat qui représente les travailleurs, croit que d’autres solutions auraient pu être explorées avant la relocalisation de la production des vêtements de sport. 

«Ce qu’on a peur, c’est que [la pénurie de main-d’œuvre] devienne l’excuse facile des employeurs. Il y a différentes solutions avant de relocaliser la production. Elle ne sera plus ici, alors que ça fait plus de trente ans que ça se faisait», déplore le conseiller syndical Gaétan Desnoyers.

Les employés licenciés étaient payés entre 13 $ et 18 $ selon M. Desnoyers. Il croit que ce montant n’était pas suffisant pour attirer les travailleurs.

«Ils n’ont pas le choix. Il faut qu’ils payent les travailleurs en conséquence. C’était la solution facile de fermer… On l’a su en même temps que les employés et ça a été un choc. Peut-être qu’on aurait pu en discuter, il y avait peut-être d’autres solutions.»

Une rencontre entre le syndicat et l’employeur est prévue lundi 30 septembre afin de notamment déterminer les détails de l’aide apportée aux employés licenciés.